10 romans sur la maladie mentale

10 romans pour mieux comprendre les maladies mentales

Littérature

Lever le tabou des maladies mentales / troubles psychiques et mieux les comprendre, c’est possible… Notamment en lisant ces dix romans qui traitent chacun d’une maladie mentale différente et plus ou moins reconnue.

On voit depuis le début du mois de mai fleurir sur les réseaux sociaux des posts accompagnés du hasthag #MentalHealthAwareness (SensibilisationSantéMentale). Le sujet est encore trop peu abordé dans notre pays alors que l’OMS estime qu’en 2020, plus d’1 personne sur 5 sera touchée par un trouble mental.

Pour lever le voile sur ces troubles qui demeurent au 3ème rang des maladies les plus fréquentes (après le cancer et les maladies cardiovasculaires) la rédaction de Bananaspeak vous propose 10 romans qui parle de maladies mentales. Pour mieux comprendre, s’aider et aider nos proches qui en souffrent.

Roman sur les troubles obsessionnels compulsifs

Tortues à l’infini, par John Green
aux éditions Gallimard Jeunesse

Citation : « La nuit dernière, allongée sur le sol gelé, j’observais le ciel dégagé que la pollution lumineuse et la buée due à ma respiration gâchaient un peu – pas de télescope ni rien, juste moi et le ciel immense – et je n’arrêtais pas de me dire que « ciel » était un mot singulier, comme s’il s’agissait d’une seule chose. Or le ciel ne se réduit pas à une seule chose. Il est tout. Et hier soir, c’était suffisant. » 

Roman sur la dépression

Tomber sept fois, se relever huit, par Philipper Labro aux éditions Gallimard.

Citation : « Moi, mes sentiments, c’est impossible de les retenir. Ils débordent de partout, comme du vomi d’un sac en papier. C’est pour cela que je me contrôle très mal. En fait, je ne me contrôle pas du tout : j’explose. Je suis ma propre bombe. Vite, vite : du sommeil, comme on réclame de l’eau, du pain, comme un clochard quémande de l’argent ! » 

Roman sur la trichotillomanie

Le journal de Marni, par John Wray aux éditions Original Books.

Citation : « Un jour j’ai regardé en face cette fille dans le miroir, sans sourcils ni cils ni frange, et je ne me suis plus reconnue. C’est là que j’ai compris que j’avais un gros problème. » 

Roman sur l’addiction

Les méduses ont-elles sommeil ?, par Louisiane C. Dor aux éditions Folio.

Citation : « J’aimerais que mes mains aient des pieds afin de pouvoir les emmener où je veux. Je me sens bien avec moi-même. Je me dis que je suis plutôt grandiose, et câline mon, moi intérieur. Je regarde mes jambes qui sont à la verticale, alors que j’étais persuadée d’être allongée. Mon cerveau communique avec l’autre sphère – je le laisse faire, je n’ai pas besoin de lui pour le moment. » 

Roman sur les troubles affectifs bipolaires

Rien ne s’oppose à la nuit, par Delphine de Vigan aux éditions J-C Lattès.

Citation : « Elle rêvait de devenir invisible : tout voir, tout entendre, tout apprendre, sans que rien de palpable ne signalât sa présence. Elle ne serait plus qu’une onde, un souffle, un parfum peut-être, rien qu’on pût toucher ou attraper. » 

Roman sur le vaginisme

Tout le monde fait l’amour, par Pascale Clark aux éditions Albin Michel.

Citation : « Je me méprise et, en même temps, je préférerais mourir plutôt que d’avouer. Avouer quoi, à qui ? Ne me jugez pas, il y a maldonne ! J’étais faite pour aimer, laper, sucer, baiser, embrasser, masser, materner, cajoler, convoler, copuler, calculer, bouder, bêtifier, biaiser, revenir, repartir, jouer, jouir, aider, aimer.  »

Roman sur la schizophrénie

Je t’ai rêvé, par Francesca Zappia aux éditions R.

Citation : « Les gens disent que les adolescents se croient immortels, et je suis d’accord. Mais il y aune différence entre se croire immortel et savoir qu’on peut survivre. Si on se croit immortel, on devient arrogant, parce qu’on pense qu’on mérite le meilleur. Survivre, c’est avoir connu le pire et être capable de continuer malgré tout. » 

Roman sur l’anxiété

Adieu chère angoisse, par Adeline Grais-Cernea aux éditions Payot.

Citation : « Qu’est-ce qui m’arrive ? Je ne peux plus respirer. Je ne sais même plus comment on fait. Je fais une crise cardiaque, c’est ça ? Pourtant, je suis toujours debout.  Je tousse. Si fort que je vais rendre mes intestins. Quand je vais devenir bleue, y’en a peut-être un qui va se bouger ! Envahie par la peur, mon cerveau en état d’alarme : « Ce n’est pas normal ! Ce n’est pas normal ! » Je fais une rupture d’anévrisme ? » 

Troubles de la personnalité borderline

Borderline, par Marie-Sissi Labrèche aux éditions Boréal.

Citation : « Moi, mes sentiments, c’est impossible de les retenir. Ils débordent de partout, comme du vomi d’un sac en papier. C’est pour cela que je me contrôle très mal. En fait, je ne me contrôle pas du tout : j’explose. Je suis ma propre bombe. » 

Roman sur l’hyponcondrie

Confession d’un hypocondriaque, par Christope Ruaults aux éditions Michalon.

Citation : « Dans la réalité, elle (ma pharmacienne) m’en ferait plutôt voir de toutes les couleurs : des pastilles roses, des comprimés jaunes, des gélules bleues… Il m’arrive de m’effrayer moi-même en me disant que j’ai dû ingurgiter plus de produits qu’un vainqueur du Tour de France. » 

Roman les troubles du comportement alimentaires

Sobibor, par Jean Molla aux éditions Gallimard.

Citation : « J’éprouvais un plaisir indicible à maîtriser mon appétit. Ce tiraillement constant du côté de mon estomac était devenu une véritable présence, un vide consenti, une brèche que j’ouvrais dans mon corps, avec le sentiment aigu de tout dominer, de savoir exactement ce que je faisais et où j’allais. » 

Clotilde Boudet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s